BAL : Les rois du nord dictent encore leur loi…

Game Over

By TIFOS
4 Minutes

Quand on parle de sport professionnel en Afrique, le nord n’est jamais loin, sinon au-dessus. Au sud on a peut-être le talent brut, mais en face c’est l’organisation qui montre les muscles. Dans la première édition de la BAL, Basketball Africa League, les maghrébins ont encore dicté leur loi. Celle d’un royaume où le respect des règles est la règle principale.

Le Zamalek : À jamais les premiers...

Le Zamalek est la première équipe victorieuse de la première édition de la BAL. Les Chevaliers Blancs, en violet, ont battu l’US Monastirienne 76 – 63. Grâce à un coaching de grande qualité, un 5 majeur exceptionnel et un banc de gala (45 points en finale), les égyptiens ont logiquement battu les tunisiens.

Une victoire qu’ils doivent pareillement à un melting pot aussi professionnel que talentueux. Dans l’équipe du Zamalek on a vu les deux Afriques additionnées à l’excellence américaine incarner ce que devrait être la Balle Orange Africaine. Leur effectif était en l’occurrence composé de :

  • 2 américains : Walter Wallace HODGE, Prix Hakeem Olajuwon du meilleur joueur du tournoi, et Michael Olayinka FAKUADE
  • un nigérian : Chinemelu ELONU
  • un ivoirien : Mouloukou Souleyman DIABATE, dit Solo Diabaté. Meilleur joueur de la finale, il sera l’auteur de 3 merveilleux shoots à 3 points et d’une action, petit pont – passe décisive, qui fera date dans l’histoire de la BAL.
  • 9 égyptiens : Mohab Yasser ABDALLATIF, Anas Osama MAHMOUD, Eslam Salem MOHAMED, Ahmed Hatem ABDELLATEF, Omar Hesham HUSSEIN, Ahmed YASSER, Haitham Ahmed ELSEHARTY, Mostafa MESHAAL, Moustafa Mohamed ELMEKAWI.
Anas Osama MAHMOUD (à l
Anas Osama MAHMOUD (à l'extrême gauche), pivot du Zamalek, par SneakinDeacon - Wikimédia Commons CC BY-SA 2.0 (Image rognée)

GSP, l’exception du nord

L’Afrique du nord n’a pas connu que du succès à Kigali. Le Zamalek et l’US Monastirienne n’étaient pas ses seuls représentants. Les marocains de l’AS Salé et les algériens de GSP étaient aussi de la partie. Lesquels sont respectivement tombés en quart, défaits par le Petro Atlético de Luanda 79 – 72, et au premier tour, avec 3 défaites.

Salle omnisports 7-Novembre (Monastir0 par Cityzen59 - Wikipédia CC BY-SA 3.0
Salle omnisports 7-Novembre (Monastir0 par Cityzen59 - Wikipédia CC BY-SA 3.0

FAP, un outsider parmi tant d’autres

Au sud du Sahara, les génies ne manquent pas. À l’image d’Amadou Abdoulaye HAROUNA, FAP de Yaoundé a démontré que seul le professionnalisme leur faisait défaut. Vous pouvez avoir toute la qualité du monde, si vous ne l’encadrez pas bien, vous perdrez tout.

Zamalek, Petro Atletico, le club camerounais est tombé sans démériter sur bien plus fort que lui. Il a péché dans la qualité de son jeu : beau et brouillon cependant.

À une telle compétition, il faut être capable d’identifier ses forces et ses faiblesses. Qui est le shooteur attitré à 3 points ? Qui est le meilleur dans la raquette ? Sur qui jouer dans les moments chauds de la partie ? 3 questions délicates sur de nombreuses autres qui sont restées sans réponses durant les matches des camerounais et des autres. La preuve que les entraînements de ces équipes ne sont pas encore adaptés aux exigences du haut niveau.

Le basket est un sport ultra tactique. L’adresse, la défense et la gestion du banc sont ses points les plus importants. 3 points qui ont cruellement manqué à FAP, aux sénégalais de l’AS Douanes, aux maliens de l’AS Police, aux malgaches de GNBC, aux nigérians des Rivers Hoopers et même aux demi-finalistes rwandais des Patriots BBC.

Image par Artsy Solomon de Pixabay
Image par Artsy Solomon de Pixabay

L’Angola, l’espoir du sud

Malgré cette domination septentrionale, l’Afrique du sud garde la tête haute. Elle peut rester fière, la couronne reste sur sa tête. Plus précisément sur celle de l’Angola, le numéro 1 du basket en Afrique.

On peut donc compter sur eux pour remonter la pente et inspirer les autres. 3e à la BAL après avoir écrasé les Patriots BBC 97 – 68, l'équipe du Petro Atlético de Luanda songe déjà à la prochaine remise en jeu. Lorsqu'elle reviendra, sa nation ne passera plus inaperçue. Dotée d’une ligue professionnelle, de clubs prestigieux et de talents hors normes, elle a tout pour tirer l’Afrique subsaharienne vers le haut.

Lire aussi : BAL : l’Américain Walter Wallace Hodge élu MVP - Sport News Africa

Terrell Stoglin, joueur de l
Terrell Stoglin, joueur de l'AS Salé, par SneakinDeacon Wikimédia Commons CC BY-SA 2.0

Des noms à retenir

S’il fallait retenir quelques noms pour cette première BAL, voici une liste qui ne laissera personne indifférent :

  • Terrell STOGLIN (AS Salé) : premier joueur de l’histoire de la BAL a inscrire 40 points. C’était contre l’AS Police et son équipe avait remonté 16 points pour s’imposer finalement 88 – 79.
  • Amadou Abdoulaye HAROUNA (FAP)
  • Walter Wallace HODGE (Zamalek) : MVP
  • Solo DIABATÉ (Zamalek)
  • Anas Osama MAHMOUD (Zamalek)
  • Marcus Christopher CRAWFORD (US Monastirienne)
  • Makrem BEN ROMDHANE (US Monastirienne)
  • Wael ARAKJI (US Monastirienne)
Sport
Afrique
Basketball