Sports de combat : Sport d’africains ?

Pourquoi les africains excellent-ils dans les sports de combat ?

By TIFOS
4 Minutes

Combattant de MMA, Kamaru Usman vient encore de remporter un nouveau titre mondial. Le nigérian avait accompagné le camerounais Francis Ngannou dans sa victoire au championnat du monde de MMA et maintenant c’est son tour. Les rôles se sont inversés mais la victoire est restée la même. Celle d’un continent qui semble avoir trouvé son domaine de prédilection.

Photo de Vuyisile Colossa par MasterVusi - Wikimédia Commons CC BY-SA 4.0
Photo de Vuyisile Colossa par MasterVusi - Wikimédia Commons CC BY-SA 4.0

Lire aussi : Kamaru Usman domine encore Jorge Masvidal lors de l'UFC 261 - L'Équipe (lequipe.fr)

Succès inattendu ?

Pas besoin d’être un observateur avisé pour savoir que les africains sont faits pour les sports de combat. Francis Ngannou est simplement la partie visible d’un iceberg qui a pris racine sur un terrain où on ne l’attendait pas. Nécessiteuses d'une préparation coûteuse, il était peu probable de voir les africains exceller dans ces disciplines.

Sauf que la réalité est toute autre depuis. Elle a su contourner les moyens financiers pour introniser des hommes qui visiblement avaient déjà tout ce qu’il faut pour réussir dans ce domaine.

  Image par Rodger Shija de Pixabay
  Image par Rodger Shija de Pixabay

La force physique

Les africains sont réputés pour leur force physique. Ils ont souvent fait l’objet de moqueries voire de maltraitance à cause d’elle.

Impossible d'ignorer les tragiques passages historiques de l’esclavage et de la colonisation, en grande partie basés sur ces fameuses capacités physiques. Le Général Mangin écrivit d’ailleurs un livre à ce sujet en 1910, La Force Noire. Une œuvre à l'intérieur de laquelle il démontre l'importance capitale de cet atout pour son pays la France.

Cependant, cette force ne leur a pas apporté que des problèmes. Ils lui doivent également des succès, notamment dans le sport et principalement dans les sports de combat. En plus de Ngannou et d’Usman, d’autres africains s’illustrent les poings fermés.

On peut citer entre autres :

  • Israel Adesanya (Nigeria) : champion du monde de MMA des poids moyens 
  • Alain Ngalani (Cameroun) : 4 fois champion du monde de Muay Thai
  • Seydou Nji Moluh  (Cameroun) : champion du monde de Sambo
  • Vuyisile Colossa (Afrique du sud) : 5 fois champion du monde de Muay Thai et Kickboxing
  • Omar Kane dit « Reug Reug » (Sénégal) : Vainqueur d’Alain Ngalani et champion de lutte sénégalaise, il débute juste en MMA. Son bilan est pour le moment de 3 victoires et une défaite.
Image de lutte sénégalaise à Dakar, au stade Demba Diop par 

KaBa (KaaBaa) - Wikimédia Commons CC BY 3.0
Image de lutte sénégalaise à Dakar, au stade Demba Diop par  KaBa (KaaBaa) - Wikimédia Commons CC BY 3.0

La lutte comme sport national

Dans certains pays africains, la lutte est un sport national. Au Sénégal par exemple, les lutteurs sont de véritables rois. Des stars qu’on surnomme rois des arènes lorsqu’elles s’adjugent le titre suprême. Icônes d’un peuple au sein duquel les jeunes trouvent leur inspiration.

Au pays de Yekini*, Balla Gaye et Bombardier, il y a donc une véritable pépinière de combattants. D’autant plus que la règle qui autorise dorénavant les coups de poings, rapproche leur sport des disciplines internationales comme le MMA, justement.

Lire aussi : La lutte avec frappe, une spécialité du Sénégal - BBC News Afrique

  Image par Charles Nambasi de Pixabay
  Image par Charles Nambasi de Pixabay

La vie difficile comme atout ?

L’Afrique est également réputée pour la modestie de sa vie. La réussite y est souvent montrée en trophée parce qu’elle est rare. Même si on peut en débattre, on ne peut pas nier le fait que de nombreux succès africains sont le fruit d’une vie difficile.

La preuve une fois encore, vient du parcours de Francis Ngannou. Parti de rien pour les sommets, le camerounais doit sa supériorité à un courage exemplaire. Un trait de son histoire qui participe à bâtir sa légende et celle de son continent.

Lire aussi : MMA: le Camerounais Francis Ngannou, sacré à force de volonté (rfi.fr)

Teddy Riner (en bleu) par XIIIfromTOKYO - Wikipédia CC BY-SA 3.0
Teddy Riner (en bleu) par XIIIfromTOKYO - Wikipédia CC BY-SA 3.0

Cependant, dire que les africains réussissent parce qu’ils souffrent c’est servir les clichés. La souffrance et le succès ne sont pas propres à un seul continent. Tout le monde peut souffrir, tout le monde peut réussir.

Dans le monde, il y a des africains qui n’ont pas connu une vie aussi difficile que celle de Ngannou, mais qui ont connu son succès. On va citer par exemple Teddy Riner, le meilleur judoka de tous les temps. L’incarnation même avec Cheick Kongo, Mike Tyson, Mohammed Ali, Floyd Mayweather et bien d’autres de la puissance africaine. Une grandeur qui ne doit son efficacité qu’à l’intelligence, la persévérance et au travail acharné de ses athlètes.

* le Yekini dont il s'agit ici est un lutteur sénégalais. À ne pas confondre avec l'attaquant nigérian des années 90

Sport
Afrique