Super League : Genèse d’un cauchemar… vendu aux africains

Ce qu'il faut retenir de la SL

By TIFOS
5 Minutes

Le 18 Avril 2021, le monde du football a été secoué par l’annonce de la création d’une Super League Européenne. Un projet porté par 12 grands clubs et présidé par le président du Real Madrid, Florentino Perez, qui n’aura duré que 3 jours finalement. Le temps que les fans du football européen ne se réveillent de ce cauchemar qu'on a vendu aux africains.

Lire aussi : Crise de la Super League en direct: la Super League est lancée, la Fifa est contre (bfmtv.com)

Les 12 membres de la Super League

Le football européen a tremblé en début de semaine. 12 grands clubs issus des championnats anglais, espagnol et italien ont annoncé la création d’une Super League Européenne. Ces équipes sont :

  • Angleterre : Chelsea, Arsenal, Manchester United, Manchester City, Tottenham et Liverpool
  • Italie : Milan AC, Inter Milan, Juventus
  • Espagne : Atlético Madrid, FC Barcelone, Real Madrid

Un groupe qui devait être dirigé par un comité exécutif constitué comme suit

  • Président : Florentino Perez (Président du Real Madrid)
  • Vice-Président : Andrea Agnelli (Président de la Juventus)
  • Vice-Président : John Glazer (Vice-Président de Manchester United)
  • Vice-Président : John W. Henry (Propriétaire de Liverpool)
  • Vice-Président : Stan Kroenke (Propriétaire d’Arsenal)

Quant au format de ce tournoi, il a été parfaitement détaillé dans le communiqué qui officialisait sa création. Des mots qui disaient : 

« 20 clubs participeront, les 15 clubs fondateurs et cinq autres équipes supplémentaires qui seront classées annuellement en fonction des performances de la saison précédente. Tous les matches se joueront au cours de la semaine, tous les clubs continueront à concourir dans leurs ligues nationales respectives, préservant ainsi le calendrier traditionnel qui est au centre de la vie du club.

La saison débutera en août avec la participation des clubs en deux groupes de dix, qui disputeront des matchs aller-retour; Les trois premiers de chaque groupe se qualifieront automatiquement pour les quarts de finale. Les équipes terminant quatrièmes et cinquièmes disputeront des éliminatoires supplémentaires à deux jambes.

Par la suite, des éliminatoires à deux se joueront depuis les quarts pour atteindre la finale, qui se jouera en un seul match, à la fin du mois de mai, dans un lieu neutre. Dès que possible, après le début de la compétition masculine, la ligue féminine correspondante sera lancée, ce qui contribuera à l'avancement et au développement du football féminin. (…)

En échange de leur engagement, les clubs fondateurs recevront collectivement un paiement unique de 3,5 milliards d'euros dédié uniquement à la réalisation de plans d'investissement dans les infrastructures et à la compensation de l'impact de la pandémie COVID ».

But et débuts

Le projet de la Super League date de 2009. Cette année, le président madrilène déclarait notamment à ce propos :

« nous devons convenir d'une nouvelle Superligue européenne qui garantit que les meilleurs jouent toujours les meilleurs - ce qui ne se produit pas en Ligue des champions ».

La bombe est larguée. Une sortie qui 12 ans plus tard deviendra réalité. Dans un contexte économique difficile, liée à la crise sanitaire, une Super Ligue est née. Un championnat fermé inspiré de la NBA, concurrent d’une Ligue des Champions jugée peu rentable, qui aura pour but de générer des capitaux colossaux en jouant sur la compétitivité des rencontres. Communiqué :

« (…) Les clubs fondateurs estiment que les solutions proposées par les régulateurs ne résolvent pas les questions fondamentales, qui sont à la fois la nécessité d'offrir des matches de meilleure qualité, et d'obtenir des ressources financières supplémentaires pour l'ensemble du monde du football (…) »

Les opposants

Bien qu’il prétende vouloir sauver le football, Florentino Perez et sa Super League se sont vite heurtés à un vif antagonisme. L’UEFA, avec l’aval de la FIFA et de toutes ses fédérations, française et allemande en particulier, a menacé les 12 opposants d’exclusion des coupes d’Europe, des championnats locaux et de toutes les compétitions internationales de sélections.

Lire aussi : Malgré les menaces de sanctions, 12 grands clubs européens lancent la Super Ligue | Radio-Canada.ca

Une intimidation qui n’a rien donné dans un premier temps, les clubs frondeurs confiants. Une assurance incarnée par la confirmation sur leurs comptes officiels, de leur attachement à leur Super League. Juste avant que les fans anglais, leur premier ministre Boris Johnson et son gouvernement ne s’en mêlent.

Stand By... Me

Aidés par la pression de leurs dirigeants, portés par les voix de grands noms tels que Sir Alex Ferguson ou Gary Neville, les supporters de Chelsea ont bloqué les voies et retardé le match opposant leur club à Brighton. Un geste salutaire qui déclenchera les retraits des 6 clubs anglais de la SL. Lesquels seront vite suivis par le reste. Départs forcés qui conduiront à la suspension du projet.

Seuls le Barça et le Real Madrid gardent leur position. Florentino Perez précisera même que « le projet de Super League est en stand-by ! » Quand son homologue de Barcelone, ajoutera :

« Ce doit être une compétition attrayante, basée sur les mérites sportifs. Nous sommes ouverts à un dialogue avec l'UEFA. Je pense qu'il y aura une entente. Nous avons besoin de plus de ressources pour que ce soit un spectacle, les grands clubs contribuent beaucoup et il est absolument nécessaire qu'ils expriment leur opinion sur la répartition économique. »

Et l’Afrique dans tout ça…

Ce séisme qui a frappé le soccer du Vieux Continent n’a pas forcément eu un impact sur le football africain. La Ligue des Champions de la CAF continue de se jouer sans crainte.

Cependant, ce qu’il incombe de rappeler, c’est qu’il y a quelques mois, le président de la FIFA, Gianni Infantino, proposait aux africains la création d’une Super Ligue. Une compétition identique à celle que l'Europe a rejetée en bloc :

« Ma proposition, c’est quelque chose dont d’autres parlent depuis des décennies mais ils ne l’ont jamais fait : c’est de créer une ligue panafricaine de football des clubs. Une vraie ligue africaine ! Une Super Ligue, appelez-là comme vous voulez. Mais une ligue qui couvre le continent en entier, avec 20 à 24 clubs. Peut-être avec un maximum de 2 clubs pour un pays. Une compétition qui se déroule sur l’année – avec des clubs qui continuent à jouer dans leur championnat national durant la saison – pour couronner le champion d’Afrique des clubs (…)

Une Super Ligue africaine pourrait générer du jour au lendemain au moins 200 millions de revenus commerciaux par an. Avec 200 millions de revenus »

Un souvenir qui devrait interpeller les africains et leur permettre de mieux se situer sur la cour du sport roi. Quelle place occupe l’Afrique dans le cœur du football mondial, quand on lui propose ce que les autres refusent ?

Lire aussi : Barbara Gonzalez, première femme à diriger un club de football de 1ère division en Tanzanie - African Shapers

Football
Sport
Afrique
Europe