Covid-19 : Dion Ngute relance les mesures barrières au Cameroun

La persistance de la Covid-19 oblige le Premier Ministre Dion Ngute à relancer les prescriptions relatives aux restrictions du gouvernement concernant les mesures barrières

By Tchakounte Kemayou
4 Minutes

La pandémie Covid-19 fait toujours parler d’elle. Le 17 mars 2020, cela va faire un an que le Premier Ministre Camerounais Dion Ngute faisait une sortie. Celle-ci avait pour objectif de rendre public la stratégie gouvernementale de lutte contre la pandémie Covid-19. Face à la résistance du virus, le Nouveau coronavirus est apparu depuis janvier ou février. La vigilance du monde est donc restée de mise malgré la nonchalance de certains pays qui avaient, à un certain moment, cru éradiquer la pandémie. Le déploiement doit donc être maintenu pour venir à bout de ce virus devenu de plus en plus résistant.

C’est justement la raison pour laquelle le Premier Ministre Camerounais a fait une autre sortie le 5 mars 2021 pour relancer cette bataille. La question que l’on pourrait se poser est la suivante : pourquoi le gouvernement avait-il relâché le déploiement de ces mesures ? La réponse est contenue dans cette déclaration de Dion Ngute qui affirme que « la maîtrise de la pandémie avait alors conduit le Président de la République à décider d’un assouplissement progressif de certaines mesures de restriction ».

Capture d
Capture d'écran de la première page du message du Premier Ministre Camerounais Dion Ngute sur la relance des Mesures barrières dans le cadre de la contre la pandémie Covid-19

Voici quelques morceaux choisis de son message au peuple Camerounais le 05 mars 2021. On retient juste que le Premier Ministre Camerounais demande à la population de continuer de mettre en application les mesures barrières par le coronavirus n'est pas fini.

Diagnostique de Dion Ngute

« La détérioration de la situation épidémiologique que nous observons aujourd’hui, est en grande partie due au relâchement dans l’application des gestes barrières, et au non-respect des mesures de restriction prises le 17 mars 2020, dont certaines sont encore en vigueur.

En effet, une très grande majorité de nos compatriotes se réunissent en toute insouciance dans des espaces publics ou privés, au mépris des règles de distanciation physique, et sans tenir compte de la limite fixée à 50 personnes pour tout rassemblement.

Plusieurs ne portent même plus le masque de protection, pourtant obligatoire dans tous les lieux ouverts au public.

D’aucuns continuent même de croire que le COVID-19 est une pure invention, ou n’existe que sous d’autres cieux.

De tels agissements sont irresponsables et favorisent la propagation du virus, surtout en ce moment où de nombreux variants ont été découverts dans certains pays.

Cette maladie est bel et bien une réalité. Elle continue de faire des ravages parmi nos proches, et frappe avec brutalité les personnes ayant des facteurs de co-morbidité ».

Le maintien de certaines mesures barrières du 17 mars 2020

« Dans ce contexte, le Gouvernement a l’obligation de protéger chacun de ses citoyens, en dépit des réticences ou du déni de la réalité de cette maladie par certains de nos compatriotes. 8

Je saisis donc cette occasion pour rappeler aux uns et aux autres que les mesures édictées le 17 mars 2020, qui n’ont pas été expressément levées par le Président de la République, sont et demeurent en vigueur.

Il s’agit entre autres :

  • de l’interdiction des rassemblements de plus de cinquante (50) personnes sur toute l’étendue du territoire national ; 
  • du recours autant que possible au télétravail et aux moyens de communications électroniques, en particulier pour l’organisation des réunions, surtout lorsque la distanciation physique ne peut être respectée ; 
  • de la suspension des missions à l’étranger des membres du Gouvernement et des agents du secteur public et parapublic, sauf dérogation expresse ; 
  • du port systématique du masque de protection individuelle dans tous les lieux publics et du respect de la distanciation physique ».

Les solutions complémentaires pour renforcer ces mesures barrières

« Compte tenu de l’augmentation significative du nombre de cas de contaminations et afin de garantir l’application effective des mesures déjà édictées :

  • Les autorités administratives viennent d’être instruites, à la diligence du Ministre de l’Administration Territoriale, de veiller dans le cadre de leurs missions de police administrative, à la remise en place du dispositif de lavage des mains ou d’utilisation des gels hydro-alcooliques, à l’entrée de tous les établissements ouverts au public, y compris les lieux de culte. 
  • Les Ministres en charge du secteur éducatif et le Ministre du Commerce vont également s’assurer de l’application de cette mesure, respectivement dans les établissements scolaires et universitaires, ainsi que dans les centres commerciaux. 
  • Le respect des mesures barrières doit être de mise en toute circonstance et en tout lieu, y compris dans les marchés ouverts et les lieux de rencontre, tels que les gares routières, les points de ramassage des taxis et mototaxis, ainsi que dans les transports en commun.  Je tiens à préciser que l’accès à tout établissement ouvert au public, sera désormais conditionné au port du masque de protection. 
  • De même, les opérations de dépistage à l’entrée des frontières aériennes, maritimes et terrestres seront renforcées, afin de réduire les risques d’importation des variants du COVID-19. 
  • Les grands rassemblements et les comportements à risque devront être proscrits.

J’insiste tout particulièrement sur l’impérieuse nécessité de respecter rigoureusement la limite de cinquante (50) personnes ainsi que les mesures barrières, lors des réunions, cérémonies, évènements et autres manifestions ayant un caractère officiel ou privé, en particulier lorsque ces rencontres ont lieu dans des endroits clos, afin d’éviter l’émergence des clusters ».

Cameroun
Coronavirus
COVID-19
Mesures Barrières
Dion Ngute