L’histoire du gendarme qui a été assassiné pour des toilettes...

By Ecclésiaste DEUDJUI
3 Minutes
Armel Limpembe, le gendarme qui a été assassiné à l
Armel Limpembe, le gendarme qui a été assassiné à l'agence FINEXS. Source: 237actu.com /CC-BY

Je suis encore sous le choc ! Je sors comme dans un rêve. Car c’est avec effroi et incrédulité que j’ai appris le terrible drame qui vient de survenir, et dans lequel un valeureux soldat camerounais a laissé la vie pour une banale histoire de... pièce de monnaie !

Je n’ai pas regardé la vidéo, évidemment. Je suis une âme sensible. Je ne supporte pas de regarder mourir des gens qui sont filmés par des non assistants à personnes en danger. Pour le cas de l’espèce, c’était plutôt une caméra de surveillance. Celle de l’agence FINEXS (ne me demandez pas pourquoi il y a un s à la suite d’un x) qui a immortalisé, mercredi 22 juillet 2020 aux environs de 21h30 à Douala, une scène macabre : un gendarme qui vient se soulager dans les toilettes de cette compagnie, des badauds prétendument responsables de ces toilettes qui l’interpellent, et puis le ton monte. Altercations, rixes, bagarres, latte sur la tête du gendarme qui subitement perd connaissance, et puis la suite nous la connaissons dorénavant grâce aux faits divers...

Pour une histoire de pièce de monnaie !

 

Ce serait trop prétentieux pour moi de prétendre expliciter ce qui s’est passé, ni même le décrypter. Mais je dirais que nous visons dans une société d’extrême violence. Nous vivons dans un environnement non pas seulement de haine, mais aussi de défiance. Les Camerounais s’insultent dans la rue. Les Camerounaises s’insultent dans les bars. Les Camerounais se lynchent devant les établissements publics à la tombée de la nuit, et les Camerounaises se crêpent le chignon devant les vérandas, les salons de coiffure, les auberges, les salons de thé, etc.

L’histoire de ce gendarme qui a été assassiné pour une simple histoire de toilettes pose plusieurs questions : pourquoi les toilettes sont-elles payantes dans nos agences de voyage ? Fait-on des enquêtes de moralité pour recruter tous ces vigiles et tous ces porteurs de bagages ? Les voyages de nuit sont-ils sécurisés ? Le ministère des transports attend quoi pour régulariser et aménager ce secteur ? Sommes-nous encore en sécurité dans un pays où les femmes meurent en accouchant, les enseignants sont poignardés par leurs élèves et les élèves par leurs camarades, et les gendarmes sont sauvagement tués en public dans des zones de paix, alors qu’ils reviennent pourtant des zones de guerre ?

  

le PDG du groupe FINEXS Voyages a présenté ses excuses à l
le PDG du groupe FINEXS Voyages a présenté ses excuses à l'opinion publique. Source: africa-54.com /CC-BY

 

Je rappelle que le soldat en question s’appelait Armel Limpembe. Il était maréchal de logis et plus précisément un pandore. Il travaillait comme mécanicien au sein de notre Gendarmerie nationale et il venait à peine de démarrer sa carrière. Il s’agit là d’une perte incommensurable pour notre pays, pour le Corps national des Armées, pour sa famille nucléaire mais également aussi pour tout le peuple camerounais.

Cette tragique disparition devrait nous servir de leçon une bonne fois pour toutes, comme toutes celles qui l’ont précédée. Il est grand temps de remettre à l’ordre du jour les questions d’éducation et de moralité. Il faut combattre la drogue et ses effets pervers avec la plus impitoyable sévérité. Il faut sanctionner les agences (pas seulement de voyages hein) qui ne nettoient pas leur environnement afin d’extraire la racaille qui pollue leur activité économique.

 

Trop c’est trop, et on n’aura jamais assez de mots pour condamner et pour regretter ce qui vient de se passer. Car un citoyen camerounais vient de perdre la vie pour une histoire de cent francs CFA seulement, et pour une simple histoire de toilettes. On m’a certainement mal expliqué cette sombre affaire car je n’arrive toujours pas à me l’imaginer...

 

Ecclésiaste Deudjui

(+237) 696.469.637

doualatour@yahoo.fr

Douala
Assassinat
Finexs Voyages
Armel Limpembe
Drame