Les violences conjugales sur les femmes

By Ecclésiaste DEUDJUI
4 Minutes
Beaucoup de femmes sont victimes de violences conjugales dans les foyers. Source: actucameroun.com /CC-BY
Beaucoup de femmes sont victimes de violences conjugales dans les foyers. Source: actucameroun.com /CC-BY

 

Il y a une image qui circule depuis hier sur les réseaux sociaux, et dans laquelle on peut reconnaître une femme complètement amochée. La femme en question a été sauvagement bastonnée par son violent de conjoint, et elle explique que ce n’est pas la première fois que celui-ci la violente de la sorte. Et puis les photos sont tellement insoutenables qu’on peut même se demander « Comment est-ce que cette femme-là a-t-elle fait pour avoir la vie sauve ? »

En réalité, le cas de cette dame n’est pas un phénomène isolé. Surtout ici au Cameroun. Surtout dans les tribus qui se disent bantous lorsque ça les arrange, et qui considèrent les coups de poing d’un homme sur sa compagne comme un événement tout à fait ordinaire. Mieux, la Loi camerounaise est un peu complice de cette barbarie, elle qui considère que la bastonnade d’un mari envers son épouse légitime, peut tout simplement être apparentée à de la « correction ».

Vous avez encore en mémoire l’image de cet homme qui a coupé la jambe de sa compagne, parce qu’elle avait donné son plat de spaghettis à leurs deux enfants. Vous connaissez certainement des voisins que vous séparez tous les matins parce qu’ils se chamaillent et que sans des interventions tierces, ces jérémiades peuvent immédiatement déraper vers un assassinat. Vous avez forcément entendu parler des féminicides qui deviennent de plus en plus récurrents au sein de nos cités, parce que les hommes d’aujourd’hui ne se contentent plus seulement de battre sur les femmes : ils ont aussi déjà commencé à les tuer !

Femmes, ne vous laissez plus violenter de la sorte ! Parce que oui, bien souvent les femmes sont à l’origine de ces violences. Parce qu’elles laissent faire, parce qu’elles pardonnent, parce qu’elles tolèrent mais également aussi parce qu’elles justifient ces sales comportements.
Et surtout parce qu’elles aiment !
L’amour ne doit pas être une raison pour se laisser moisir dans un foyer qui va vous faire perdre l’œil un jour, et pourtant vous n’avez aucun intérêt à demeurer avec un homme qui ne vous aime pas.
Le mariage non plus ! Le mariage n’est pas une fin en soi, et quand je parle du mariage je parle simultanément du « Viens on reste » et de toutes ces autres formes de concubinage.

Notre société a banalisé la soumission de la femme dans les relations amoureuses, et c’est l’une des causes de la liberté de frapper qui s’est répandue au sein de la gent masculine. Dans notre société, on dit souvent qu’il faut lever la main sur sa femme pour lui prouver qu’on est un homme. On dit qu’il faut la « ramener sur le droit chemin ». On dit que les femmes bavardent beaucoup et qu’elles ont une longue bouche. On dit qu’elles sont toujours les premières à tromper leur mari et qu’elles sont les grandes reines de la fornication.
Mais... Lorsque c’est l’homme qui trompe sa partenaire, est-ce qu’il y a aussi quelqu’un qui va le fouetter ?

 

Les séquelles des violences conjugales peuvent conduire jusqu
Les séquelles des violences conjugales peuvent conduire jusqu'à la mort. Source: 76crimesfr.com /CC-BY

 

Je connais une jeune fille d’à peine vingt-deux ans, qui se fait chandelliser tous les jours par son petit ami. Le gars ne lui donne rien, il la trompe officiellement avec d’autres filles de son entourage, et pour couronner le tout il la bastonne méticuleusement en public.
Vous faites quoi dans une pareille relation ? Hein ? Réveillez-vous ! Vous faites quoi avec un homme qui vous envoie à l’hôpital ? Dès la toute première gifle, quittez-le ! Montrez-lui que ce n’est pas votre tasse de café et que vous êtes plutôt à la recherche d’un homme qui vous respectera et qui vous comprendra.
Qui respectera votre âme et surtout l’intégrité physique de votre corps...

On doit apprendre à nos Camerounaises que le mariage n’est pas une fin en soi. Que la vie d’une femme ne se résume pas à la présence d’un homme à ses côtés. Que nos sœurs ne sont pas obligées de tout supporter sous les fallacieux prétexte que le mariage c’est pour le meilleur et pour le pire... Non ! Le mariage ce n’est pas pour la mort, et le mariage n’est pas un motif pour aller souffrir avec un homme qui va passer tout sa vie à vous martyriser et à vous tuer à petit feu.

Les violences conjugales ont déjà fait trop de dégâts au sein de notre société, et généralement ce sont les femmes qui en souffrent. Elles ont honte de retourner dans la maison familiale ou d’être taxées de « mauvaises femmes », si elles décident de quitter ces foyers mortifères.
Il y a des hommes qui sont violents de nature, qui vous malaxent comme le tam-tam et qui ont besoin de vous molester comme pour se défouler. Il y a aussi des hommes qui vous battent tous les jours parce qu’ils ne parviennent plus à assumer leurs responsabilités de chefs de famille. Il y a surtout des amants qui ne vous aiment plus en réalité, parce que vous ne leur plaisez plus tout simplement.
Il faut savoir reconnaître tous ces types de criminels avant qu’il ne soit trop tard, et protéger ainsi votre santé physique. Les images que j’ai vues hier me font croire qu’il y a encore beaucoup d’éducation à faire auprès de nos jeunes filles ici au Cameroun...

 

Ecclésiaste Deudjui

(+237) 696.469.637

doualatour@yahoo.fr

Education
Mariage
Violences Conjugales
Femmes Battues
Féminicides