La dissonance cognitive

By Ecclésiaste DEUDJUI
4 Minutes
Il y a un combat de boxe dans le cerveau, entre les croyances et les agissements de l
Il y a un combat de boxe dans le cerveau, entre les croyances et les agissements de l'individu. C'est la recherche de cet équilibre qu'on appelle la dissonance cognitive. Source: cercle-cobalt.com /Image reprise sous autorisation

 

L’autre jour je suis tombé sur un ancien collaborateur par hasard et, sans que je ne lui demande rien, il s’est mis à me parler de sa vie privée : « Gars, je marche à pied comme ça parce qu’un garagiste est venu bousiller ma voiture. Mon mécanicien personnel était un peu souffrant, et moi il fallait absolument que je me déplace pour le village avec ma femme et les enfants... »
Résultat, il fallait absolument qu’il m’informe qu’il a une voiture. Vrai ou pas vrai, il fallait qu’il efface de ma mémoire l’image de lui marchant à pied sur une très longue distance, et pourtant moi je ne lui avais aucunement rien demandé.

Ce comportement, c’est cela qu’on appelle la dissonance cognitive. Je simplifie un peu, car la notion psychosociologique est beaucoup plus complexe que ça. Mais en fait, il s’agit des gens qui sont en contradiction avec des systèmes de pensées qui leur sont propres, et qui essaient coûte-que-coûte (y compris via le mensonge) de les rééquilibrer.

La dissonance cognitive s’observe tous les jours autour de nous. Lorsque vous partez chez quelqu’un qui vous racontait qu’il était plein aux as, et que, dès la porte d’entrée, il vous explique déjà pourquoi il n’a pas de ventilateur à la maison malgré toute cette chaleur, pourquoi le téléviseur est panne, et pourquoi la femme qui vit avec lui n’a pas eu les moyens de vous faire à manger [...] Cela s’observe aussi avec les dragueurs. Ils vous mettent tellement de mensonges et de promesses dans la tête, et comme ils ne peuvent ni les concrétiser ni les réaliser, ils sont donc obligés de procéder par de la dissonance cognitive.

C’est un complexe de complexés, en quelque sorte. C’est quand on a envie de prouver par les mots quelque chose qu’on n’arrive pas à démontrer par les actes. C’est lorsqu’on veut toujours se faire bien voir. C’est quand on tend systématiquement à défendre l’indéfendable, mais pourvu qu’on réussisse quand même à préserver certaines apparences. Généralement on n’a pas besoin d’interroger quelqu’un qui est en décalage cognitif. La personne va automatiquement vous fournir des explications ex nihilo, sans que vous ne lui ayez rien demandé.
Par exemple : vous surprenez votre conjoint.e sur le lit avec un.e autre partenaire. Vous allez remarquer que les explications vont pleuvoir d’elles-mêmes, les justifications et tout le tralala, parce que « Ce n’est pas ce que tu crois ». Il.elle produira donc un discours qui va rééquilibrer votre système de pensée afin que cela devienne « naturel » de trouver votre partenaire sur le matelas avec un autre individu...

 

L
L'être humain est en permanence à la recherche d'équilibre et de cohérence. Source: lelephant-larevue.fr /Image reprise sous autorisation

 

La théorie de la dissonance cognitive a été élaborée en 1957 par l’Américain Leon Festinger, brillant professeur de psychologie sociale qui est décédé en 1989. Elle repose sur le besoin de cohérence qui existe en chaque individu. Elle apparaît lorsqu’une personne agit en désaccord avec ses croyances ou sa culture. Ce phénomène est remarquable chez certains Africains qui se présentent comme bantous lorsque ça les arrange, et modernistes lorsque cela ne les arrange pas. Lorsqu’un individu est amené à agir en contradiction avec ses convictions profondes, il aura toujours tendance à justifier ses actions et à adapter ses opinions à ses nouveaux comportements.

Moi j’ai été très gêné à la place de mon ami parce que franchement hein, je ne lui avais rien demandé. Je m’en fiche qu’il ait une voiture ou bien qu’il marche à pied. On ne s’était même pas encore dit bonsoir...
Je n’ai rien demandé à la pompiste qui travaille dans une station où je prends souvent mon carburant, et qui m’a raconté qu’elle était en train de finaliser la construction d’un institut supérieur. Je n’ai rien demandé à ma voisine qui se réveille chaque matin en me justifiant pourquoi elle est encore une mère célibataire. Je ne demande jamais rien aux filles qui se font passer pour des divas sur les réseaux sociaux, mais qui me soumettent des problèmes qui se résument souvent à quelques kilo-octets... Tsuip !

Soyez naturels, soyez simples, soyez vrais. Vous n’avez pas besoin d’impressionner les gens qui vous aiment réellement, car ils vous accepteront tels que vous êtes. Ils n’ont pas besoin de votre voiture –si elle existe !– ni de votre compte en banque. C’est vous-même qui vous compliquez la vie en racontant des choses qui sont inexactes et invraisemblables, et des choses que vous serez d’ailleurs incapables de matérialiser dans un avenir immédiat.
Voilà pourquoi vous vous retrouvez en train de pratiquer la dissonance cognitive !

 

Ecclésiaste Deudjui

(+237) 696.469.637

doualatour@yahoo.fr

Psychologie
Leon Festinger
Dissonance Cognitive
Complexe
Mensonge