Shakiro ou l’hypocrisie de l’homosexualité au Cameroun

By Ecclésiaste DEUDJUI
4 Minutes
Shakiro est actuellement l
Shakiro est actuellement l'homosexuel le plus célèbre du Cameroun. Source: lebledparle.com /CC-BY

 

Dimanche dernier, Shakiro a été copieusement bastonné(e ?) par une foule en colère. Les images de cette agression physique sont insoutenables, et Dieu merci la victime a pu s’en sortir sans trépasser. Le concerné est actuellement en train de subir des soins qui, je l’espère, lui permettront de se rétablir le plus rapidement possible.

Avant toute chose, je condamne fermement et vigoureusement cet acte de violence. Je suis contre la vindicte populaire, et je pense que les jeunes Camerounais ne doivent pas déverser leurs frustrations sur de malheureux boucs émissaires.
Shakiro a été bastonné parce qu’il est un homosexuel. C’est connu de tous. La loi camerounaise réprimande cette activité, mais elle ne condamne pas cet état d’être. En clair, c’est la pratique de l’homosexualité qui est réprimée au Cameroun, et non le fait d’être un homosexuel. Plus clair encore, on ne peut –et on ne doit– pas vous pourchasser parce que vous êtes attiré par les personnes de votre genre, mais la loi autorise de vous condamner si on vous surprend en pleins ébats avec un autre individu du même sexe que vous...

Bref, quelques temps après sa sortie de prison, Shakiro a été lynché. Et cela remet au goût du jour la question de l’homosexualité dans notre territoire, car c’est un sujet de moins en moins tabou. Il faut quand même que je fasse une précision qui est nécessaire, car il y a deux sortes d’homosexuels : ceux qui le sont naturellement, et ceux qui le deviennent.

-          Ceux qui sont nés homosexuels n’ont pas du tout choisi de l’être. Ils sont nés comme ça ! c’est probablement dû à leurs taux de progestérone et de testostérone, je n’en sais rien, mais ils sont nés avec des prédispositions qui les poussent à être attirés par des individus du même sexe biologique qu’eux. Alors, pourquoi les condamner puisqu’ils se retrouvent dans une situation qu’ils n’ont pas préméditée ?

-          Ceux qui deviennent homosexuels. En réalité, on les appelle les HSH, c'est-à-dire des hommes qui ont des rapports sexuels avec d’autres hommes. Cela peut être pour des raisons de curiosité, de sorcellerie, d’opportunité et que sais-je encore ! Les HSH ne sont pas du tout des homosexuels. Ils entretiennent des relations sexuelles parce qu’ils recherchent de l’argent, ou alors parce qu’ils pensent y retrouver de la puissance. Et ce sont ceux-là qui font beaucoup de mal aux « vrais » homosexuels, car leurs pratiques sont généralement corrélées à la prostitution masculine, aux promotions canapés, aux exorcismes bureaucratiques et à la transmission du pouvoir aux plus hauts sommets de notre Etat...

 

Me Alice Nkom (à droite) s
Me Alice Nkom (à droite) s'est proposée pour attaquer les agresseurs de Shakiro. Source: camerounweb.com /CC-BY

 

Le Cameroun est donc une société hypocrite. Car en même temps que la loi réprouve cet acte, il y a des associations et des organisations qui défendent les droits de ces citoyens, et qui sont agréées par le gouvernement camerounais. En même temps que la population les lynche, il y a des centaines de milliers de Camerounais qui pratiquent l’homosexualité dans nos quartiers, parfois au vu et au su de tout leur entourage.
Tenez ! On connaît des hommes qui se marient avec des femmes pour faire montre de couverture, mais qui entretiennent des relations extraconjugales avec des personnes du même sexe qu’eux.
Tenez ! On connaît dans nos métropoles, que ce soit à Yaoundé ou bien à Douala, des lieux de divertissements qui sont exclusivement dédiés au gays et aux lesbiennes. C’est là-bas qu’ils se retrouvent tous les soirs, et tout le monde le sait sans s'en offusquer. L'homosexualité ne pose donc pas un grand problème au peuple camerounais.

Ce qui choque avec Shakiro, c’est son exposition. La promotion de l’homosexualité n’est pas une activité à encourager, car chacun peut être ce qu’il veut, sans amener les autres à devenir comme lui. Shakiro dispose d’une tribune sur les réseaux sociaux assez populaire, et son comportement peut influencer beaucoup de jeunes, et même beaucoup de vieux. Ses pratiques intimes peuvent être banalisées s’il se promène publiquement avec des accoutrements jugés déviants, ou du moins non conventionnels. Le problème avec Shakiro c’est qu’il veut imposer un mode de vie qui n’est pas encore ouvertement accepté par la société camerounaise, et qu’il fait fi d’une bonne frange de nos communautés qui sont indiscutablement de virulentes homophobes.

Enfin, on parle de recherche de visa. Shakiro aurait-il orchestré ou provoqué cette bastonnade et cette humiliation, pour susciter la commisération des chancelleries occidentales ? Nous qui savons qu’il souhaite s’exiler depuis longtemps à l’étranger, serait-ce donc une simple stratégie pour obtenir les papiers ?
Moi je ne pense pas.

Me Alice Nkom s’est déjà mise à pied d’œuvre pour défendre son nouveau client, elle qui a juré de protéger tous les homosexuels qui résident ici au Cameroun. Elle a promis de traquer et de faire incarcérer tous ceux qui sont reconnaissables sur cette horrible vidéo, et qui ont déversé leurs rancœurs sur Shakiro avec une violence et une véhémence inouïes. Elle promet aussi que notre pays finira par changer de mentalités tôt ou tard, car personne n’a choisi d’être un homosexuel. Et, entre-nous, est-ce que les homosexuels sont plus dangereux que nos gouvernants qui passent leurs temps à dilapider tous nos milliards ? That’s the question !

Mon avis est que la société camerounaise est essentiellement hypocrite, et nous vivons également sur une poudrière. Je ne demande pas qu’on organise une gaypride à Douala dès demain matin, mais Shakiro n’est pas du tout responsable de tous les problèmes qui sévissent ici au Cameroun.

 

Ecclésiaste Deudjui

(+237) 696.469.637

doualatour@yahoo.fr

Cameroun
Violence
Homosexualité
Alice Nkom
Shakiro