Jean Lambert Nang, je ne te félicite pas !

By Ecclésiaste DEUDJUI
4 Minutes
Jean Lambert Nang sur le plateau de Vision 4. Source: camfoot.com /CC-BY
Jean Lambert Nang sur le plateau de Vision 4. Source: camfoot.com /CC-BY

 

Depuis quelques semaines je suis désabusé, et probablement je ne suis pas le seul. Je suis déçu par un personnage qui constituait une référence pour le journalisme sportif au Cameroun, et qui s’appelle Jean Lambert Nang.

Il faut dire que j’ai découvert cette icône —ou du moins sa voix— lors de la Coupe du monde 1990, lorsqu’il nous narrait de façon épique les brillants exploits des partenaires de Roger Milla... Ensuite Jean Lambert Nang est devenu la figure sportive de la CRTV, la chaîne nationale, durant de nombreuses années. On se rappelle que c’est lui qui commentait tous les matchs de notre sélection nationale, en compétition comme en matchs amicaux, en Coupe du monde comme durant les Coupes d’Afrique ou encore les Jeux olympiques...

Pour ceux qui étaient déjà nés en 2003, ils se souviennent du « Quelle image ! » prononcé après le décès de Foé sur la pelouse de Gerland, et cette expression est devenue aujourd’hui carrément historique.

Sauf que Jean Lambert Nang a viré de bord. Celui qu’on considérait comme le modèle du commentateur footballistique, a été supplanté —dans nos cœurs— par un certain Martin Camus Mimb. Son premier passage à la Fécafoot en tant que Directeur général n’avait pas non plus laissé des souvenirs impérissables. Et pire, depuis un moment, il est devenu le principal prosélyte de la secte de Tsinga qui adule le Sauveur Samuel Eto’o Fils.

Sur un plateau de télévision, avant la Coupe du monde, Jean Lambert est venu nous « expliquer » la non-sélection de Ngadeu. Selon lui, le défenseur de La Gantoise (Belgique) aurait bagarré sur la pelouse avec son propre coéquipier Zambo Anguissa, lors du match contre le Burundi. Des affirmations ubuesques, presque ridicules et éhontées à la limite, car les protagonistes cités ne se reconnaissent pas dans de telles déclarations, et les images témoins présentent totalement le contraire de ce que Nang voulait bien nous faire accroire.

Comme si cela ne suffisait pas, rebelote ! Jean Lambert Nang était une nouvelle fois sur le plateau de Vision 4, tout juste après notre élimination, pour jeter le pauvre André Onana à la vindicte publique. Selon lui encore, le portier aurait fait montre d'indiscipline caractérisée et d’irrévérence envers son manager-sélectionneur, et mériterait totalement son exclusion de la tanière. Il est même allé plus loin, se moquant presque du style de jeu du portier de l’Inter, en le traitant de « gardien 2.0 » qui n’est pas forcément meilleur que nos légendaires gardiens d’antan, et le plaçant même au même pied d’égalité qu’un certain Davis Epassy !
Et je ne vous parle même pas de son mensonge sur l’équipe de France, lui qui avait dit qu’un sélectionneur n’est pas obliger de commenter sa liste en prenant l’exemple sur l’équipe de France, et pourtant Didier Deschamps avait immédiatement tenu une conférence de presse après l’officialisation de sa liste...

 

Jean Lambert a longtemps été commentateur sportif. Source: journalducameroun.com /CC-BY
Jean Lambert a longtemps été commentateur sportif. Source: journalducameroun.com /CC-BY

 

C’est de la mauvaise foi, tout simplement. Et sincèrement, je ne le félicite pas ! Tout le respect que nous avions pour Lambert Nang, il l’a complètement et intégralement effrité. Sa parole pour moi n’a plus aucune valeur. Un monsieur qui représentait la vertu journalistique, le recoupement des sources, la fiabilité informationnelle, est subitement devenu un désinformateur en chef et un mésinformateur très dangereux. En quelque sorte, il est devenu un tireur d’élite qui a pour principale mission de dézinguer les contestataires de la Fécafoot, et de sacrifier tous ceux qui s’opposent aux décisions non négociables de son gourou-manipulateur.

Mais en même temps, il faut le comprendre. Jean Lambert Nang a passé l’âge de la retraite, et grâce au nouvel exécutif de la Fécafoot cela lui permet de renaître et de revivre médiatiquement et footballistiquement. Pour preuve, il était à la tête du comité de désignation du Ballon d’or camerounais. Comment peut-il se permettre de critiquer ou du moins de rester objectif, lorsque cela concerne les décisions qui sont prises par son Bienfaiteur ? Hein ? C’est quasiment impossible !

Les allégations non avérées qu’il a proférées en mondovision sur les cas de Ngadeu et de Rigobert Song, lui ont permis de voyager pour le Qatar. Et n’eût été notre élimination dès le premier tour (il soutient que nous avons réussi notre Mondial), il y serait encore aujourd’hui en train de se prélasser et de se pavaner.
Jean Lambert Nang est devenu le communicateur de crise de la fédération camerounaise de football. Il est devenu le justificateur des décisions incompréhensibles, et il est aussi devenu un fabricant de preuves invérifiables mais qui pour lui sont indiscutables.
Il a perdu tout mon respect, mais c’est surtout dommage parce qu’un journaliste de sa carrure a fini par se compromettre de la plus avilissante des manières...

 

Ecclésiaste Deudjui

(+237) 696.469.637

Article publié sur wutsi.com/@/clesh7

Rigobert Song
André Onana
Samuel Eto’o
Martin Camus Mimb
Jean Lambert Nang