Côte d’Ivoire : un chiffre d’affaires record dans la filière avicole

By Journal du Cameroun
3 Minutes

Les populations, les fermiers et les leaders communautaires sont sensibilisées sur les risques de zoonoses à l’approche des fêtes de fin d’année, où les ressources animales et halieutiques sont beaucoup consommées.Dans cette optique, le ministère ivoirien des Ressources animales et halieutiques a, en collaboration avec l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO), organisé mercredi au Pôle scientifique et d’innovation de l’Université Félix Houphouët-Boigny de Bingerville une journée de sensibilisation contre les maladies liées aux animaux.

Dr. Kalo Vessaly directeur des services vétérinaires au ministère des Ressources animales et halieutiques, a indiqué que cette journée vise à lancer les opérations de veille sanitaire pour renforcer et sensibiliser aux bonnes pratiques d’hygiène, d’utilisation raisonnée des médicaments vétérinaires et aux bonnes pratiques de biosécurité.

Selon le directeur des services vétérinaires du ministère des Ressources animales et halieutiques, « 60% des maladies infectieuses viennent des animaux », raison pour laquelle « nous nous insérons dans une politique de prévention » des populations et des fermiers. 

Aujourd’hui, la grippe aviaire menace en permanence la filière avicole, a fait remarquer Dr Kalo Vessaly, mentionnant qu’en termes d’élevage, l’une des filières les plus dynamiques, c’est la filière de volailles en Côte d’Ivoire.

« Officiellement, (la filière volaille) c’est 250 milliards Fcfa de chiffre d’affaires, plus de 50.000 emplois directs et près de 90 millions de volailles », a-t-il poursuivi. Il a en outre rappelé que la grippe aviaire a coûté à la Côte d’Ivoire la somme de 3 milliards Fcfa en 2017 après la survenue de la pathologie.  

Le mois de décembre est un mois de fête et les populations vont s’approvisionner massivement en matière de denrées alimentaires. De ce fait, ces populations sont beaucoup plus exposées lorsque les animaux sont contaminés. « L’objectif du ministère est de sécuriser tout ce qui va se passer pendant cette période de forte consommation et assurer la sécurité sanitaire des aliments qui vont être mis à la disposition du consommateur », a-t-il fait savoir.  

Il a relevé que trois maillons sont essentiels, notamment la sensibilisation et l’information des producteurs, qui eux sont les premiers responsables de la qualité des produits mis sur le marché ; ensuite l’on a les bonnes pratiques d’élevage et le respect des délais d’attente des médicaments.

En outre, Dr Kalo relèvera qu’il y a le consommateur qui doit aider à améliorer la sécurité sanitaire et son choix vers la qualité doit influencer les fermiers et alerter les services officiels pour retirer les denrées dangereuses. Le troisième maillon, lui, concerne le contrôle sanitaire.

« Nous allons renforcer le contrôle sanitaire à tous les niveaux, au niveau des abattoirs et de la commercialisation des denrées alimentaires d’origine animale, mais aussi de la restauration collective », a-t-il souligné.

Le ministre des Ressources animales et halieutiques, Sidi Touré, a salué la présence des étudiants en élevage, des leaders communautaires et religieux à cette journée de sensibilisation sur les bonnes pratiques d’hygiène, de biosécurité et au bon usage des médicaments vétérinaires.

Selon l’OMS, chaque année, environ 600 millions d’individus soit près d’une personne sur 10 dans le monde tombent malade après avoir consommé des aliments contaminés et plus de 400.000 personnes meurent chaque année des maladies d’origine animale.

Le ministre a souligné que 1,2 million de personnes sont mortes en 2019 du fait de la résistance. En Côte d’Ivoire, les consommateurs sont exposés à ces zoonoses durant les périodes de forte consommation de denrées alimentaires et l’Etat veut renforcer le contrôle sanitaire en cette fin d’année.

« Les périodes de fête de fin d’année qui constituent des moments de forte consommation (de ressources d’origine animale) peuvent être favorables à l’exposition du consommateur si des mesures idoines de prévention ne sont pas prises », a-t-il insisté.  

C’est dans cette optique que des opérations de contrôle renforcées de la chaîne alimentaire sur l’ensemble du circuit d’approvisionnement pour garantir la santé des populations ivoiriennes, a assuré le ministre Sidi Touré.

  

APA
Ouest
Côte D'Ivoire
Santé
Collectivités