Cameroun : réinsertion de 3000 ex-combattants de Boko Haram en vue

By Journal du Cameroun
2 Minutes

L’annonce a été faite mercredi à la CRTV.

Le Comité national de désarmement, de démobilisation et de réintégration (CNDDR) a récemment visité le site d’accueil définitif des anciens combattants à Mémé, une localité du département de Mayo-Sava. « Les travaux avancent tels que programmés », a assuré le coordinateur du CNDDR, Francis Faï Yengo, au micro de la CRTV.

Le comité a profité de cette occasion pour distribuer du matériel roulant, des moulins, des machines à coudre, des égraineuses et des motopompes en vue de faciliter la réinsertion sociale des pensionnés, a indiqué Xinhua.

D’après l’Organisation internationale pour les migrations (OIM), 650 nouveaux combattants reconvertis ont été identifiés et profilés. Par ailleurs, le nombre d’anciens combattants du groupe islamiste présents dans le centre de transit de Méri, lui aussi dans l’Extrême-Nord, est passé de 153 à 2.500, selon la même source.

C’est en réponse aux demandes des gouvernements des pays du Bassin du Lac Tchad désireux de stabiliser la sous-région que l’OIM met en œuvre depuis 2021 un programme de soutien gouvernemental, a expliqué Abdel Rahmane Diop, chef de mission de l’OIM au Cameroun, au cours d’une conférence de presse retransmise sur le site de l’organisation.

Depuis 2014, la région camerounaise de l’Extrême-Nord vit une crise sécuritaire liée à Boko Haram qui a impacté la vie de communautés déjà vulnérables.

Le nouveau centre de désarmement, de démobilisation et de réintégration (DDR) des ex-combattants et associés du groupe terroriste Boko Haram est bâtit sur une superficie de 15.000 ha à Meme, un des cantons de l’arrondissement de Mora dans le Mayo Sava, région de l’Extrême-Nord. Sa première pierre a été posée le 19 novembre 2021 par le coordonnateur national du Comité de désarmement, de démobilisation et de réintégration (CNDDR), Faï Yengo Francis.

Le centre offre la possibilité de se réinsérer dans la société à travers des formations professionnelles comme la maçonnerie, menuiserie, peinture, couture ou le petit commerce.

Société
Migrations
Extrême-nord
Boko-haram
Terrorisme