Rigobert Song : sélectionneur ou marionnette ?

By Ecclésiaste DEUDJUI
4 Minutes
Rigobert Song (à gauche), sélectionneur des Lions indomptables, en compagnie du président de la Fcafoot, Samuel Eto
Rigobert Song (à gauche), sélectionneur des Lions indomptables, en compagnie du président de la Fcafoot, Samuel Eto'o. Source: afrik-foot.com /CC-BY

 

On ne le dit pas assez, mais Rigobert Song n’est pas à sa place à la tête de l’équipe nationale de football du Cameroun !
L’ancien capitaine des Lions indomptables, réputé pour son courage sur le terrain, sa détermination et son « hemlé’é » durant sa carrière, fait aujourd’hui montre de tout le contraire ! Le sélectionneur Rigobert Song, ou plutôt le manager-sélectionneur, présente une attitude très-très apathique. Depuis ses problèmes de santé en 2016, « Magnan » n’est plus du tout ce guerrier va-t-en-guerre que nous avions connu, et que nous appréciions pourtant tant. Mais Samuel Eto’o a décidé de le mettre à la tête de notre équipe nationale en février dernier, certainement en bon signe d’amitié et de reconnaissance...

Déjà, il faut commencer par dire que je suis un grand fanatique du footballeur Rigobert Song, que j’ai suivi depuis sa Coupe du monde en 1994, jusqu’à son humiliation en 2010 par Paul Le Guen. Rigobert Song Bahanag, c’est tout de même dix ans de capitanat sans discontinuer ! Ce sont des clubs comme Liverpool, le FC Metz, le RC Lens, le Tonnerre Kalara club, Galatasaray ou encore Salernitana que j’avais découvert grâce à son recrutement. C’est une hargne à nulle autre pareille sur le terrain, mais... ça c’était avant !

Aujourd’hui nous avons droit à un manager-sectionneur très tempéré, voire amorphe. On voit bien qu’il essaie de faire semblant de donner des directives durant les matchs des Lions, mais quel joueur l’écoute réellement ? On l’avait positionné à ce poste pour qu’il transmette son expérience et sa rage de vaincre, mais dans ce cas il aurait dû occuper un rôle de motivateur dans la tanière, sans nécessairement s’atteler à cette fonction principale dont il a beaucoup de mal à s’accommoder.

Pour preuve, il n’est pas le véritable sélectionneur des Lions indomptables ! Il n’est même pas leur entraîneur, car les mises en place tactiques et les stratégies de jeu sont effectuées par son « assistant » Sébastien Migné. Rigobert Song est le genre de manager qui regarde ses chaussures lorsque le président de la Fécafoot s’adresse à ses propres joueurs. Il est capable de dire qu’il est satisfait de la performance face au Burundi, et que Samuel Eto’o vienne immédiatement proclamer le contraire. Il n’a pas encore atteint le niveau de souhaiter une défaite des Lions indomptables comme son illustre patron, mais cela ne saurait tarder d’ici le 18 décembre...

 

Rigobert Song (au milieu) durant l
Rigobert Song (au milieu) durant l'ouverture du championnat camerounais. Source: Afrik2tv /CC-BY

 

Dans la norme des choses, c’est Rigobert Song qui devait suggérer l’objectif à atteindre durant cette Coupe du monde qatarienne, en fonction des moyens humains dont il dispose. Mais quand on vient lui exiger de remporter cette compétition et qu’il ne daigne pas broncher, cela pose quand même problème.
Surtout, on a été étonnés de voir que durant la lecture de la liste des 26 joueurs retenus pour le Mondial, il a bégayé sur plusieurs noms. Comment peux-tu bégayer sur les noms des joueurs que tu es censé avoir sélectionnés toi-même ? Hein ? N’est-ce pas là un flou artistique inexplicable ? Ou alors la preuve irréfutable qu’il n’est pas le vrai auteur de cette liste des 26, et qu’il la découvrait en même temps que nous-mêmes ?

Et je ne vous parle même pas de ses atermoiements lors de ses rares conférences de presse. Je fais abstraction de son manque d’éloquence et de ses inexplications sur les choix de nos joueurs. J’oublie volontairement ses incohérences répétées, lorsqu’il fait revenir un Christian Bassogog sans aucune logique sportive, et qu’il écarte un Ngadeu Ngadjui dont il nous avait pourtant bassiné qu’il le connaissait déjà parfaitement, et qu’il allait indiscutablement l’emmener au Qatar.
Croyez-moi ou pas, si Zambo Anguissa n’avait pas eu des performances éclaboussantes ces dernières semaines, il aurait certainement été embarqué dans la même charrette que le défenseur de La Gantoise...

En définitive, nous aimons tous notre Rigo national, mais en vérité il n’est pas à sa place. Il ne mesure même pas la dimension de la fonction qu’il occupe, ni du symbole qu’il représente. Il ne fait preuve d’aucune personnalité ni d’aucun caractère, ou alors il se laisse volontairement écraser par le poids de son supérieur hiérarchique Samuel Eto’o. Il a des accoutrements qui sont inappropriés par rapport aux différentes circonstances. Parfois il s’habille comme un mannequin pendant les séances d’entraînement, ou alors comme un chanteur de ndombolo pendant un événement importantissime comme l’ouverture officielle de notre championnat.
Il est devenu une égérie pour les marques, une mascotte, un emblème national que tous les Camerounais adorent et dont on doit absolument remercier l’éblouissante carrière, mais... il n’est pas à sa place à la tête de nos Lions indomptables !

 

Ecclésiaste Deudjui

(+237) 696.469.637

Article publié sur wutsi.com/@/clesh7

Lions Indomptables
FECAFOOT
Rigobert Song
Coupe Du Monde 2022
Samuel Eto’o