CHAN 2021 : Pourquoi le Maroc a gagné ?

La raison du plus fort

By TIFOS
4 Minutes

Voilà environ quelques jours que le 6e Championnat d’Afrique des Nations est terminé. Sur un triomphe, les marocains ont achevé leur tournoi. Une victoire sans appel qui intrigue aussi bien qu’elle fascine. Pourquoi le Maroc a gagné le CHAN 2021 ? Un élément de réponse ci-dessous.

Un football très bien structuré

En plus d'avoir organisé une Coupe du Monde des Clubs, deux fois le Maroc a été candidat à l’organisation d’une Coupe du Monde :

  • celle de 2010 octroyée à l'Afrique du Sud
  • et celle de 2026 accordée à la triple entente États-Unis-Canada-Mexique.

Des oppositions qui démontrent le niveau auquel est rendu l’organisation du football marocain.

Sur le sol des Lions de l’Atlas, les footballeurs vivent pleinement de leur passion. Dans un championnat professionnel, le meilleur d’Afrique actuellement, les clubs de la Couronne Royale Alaouite font honneur au professionnalisme. Une qualité qui s’est vérifiée lors des deux derniers CHAN qu’ils ont gagné sans perdre et sans forcer.

El Hamdaoui (marocain en blanc) contre l
El Hamdaoui (marocain en blanc) contre l'Angola à la CAN 2013 par Magharebia - Wikipédia CC BY 2.0

En effet, tout le monde a dû admirer les automatismes qui existaient entre les joueurs marocains. Parce qu’ils ont l’habitude de jouer ensemble, d’affronter des équipes de haut niveau, ils ont gagné.

Sur le terrain, ça se voyait que la Botola est la seule ligue africaine avec celle de la RD Congo, à avoir hissé un club en finale du Mondial des Clubs. C’était le Raja de Casablanca en 2013, l’équipe de Soufiane Rahimi le meilleur joueur et meilleur buteur du tournoi, d’Abdelilah Hafidi, le meilleur passeur et d'Anas Zniti le meilleur gardien.

Photo par AMISOM - Iwaria
Photo par AMISOM - Iwaria

Une adversité trop faible

La seule nation au CHAN qui avait la possibilité de vraiment titiller le Maroc c’était la RD Congo. Les championnats des deux clubs africains finalistes d'une Coupe du Monde, appartiennent aux sélections les plus titrées de l’histoire du CHAN. Ce qui est loin d'être un hasard.

Pour remporter un Championnat d’Afrique des Nations, il faut que votre football local marche. À l’image des coupes continentales, si vos joueurs locaux ne sont pas bien encadrés, ils ne gagneront rien.

Aristide Bance et des enfants par U.S.EmbassyBF - Iwaria
Aristide Bance et des enfants par U.S.EmbassyBF - Iwaria

Bien qu'on puisse citer la Guinée, le Mali, le Rwanda, la Tanzanie ou la Zambie en exemples d’organisation pour l'Afrique Subsaharienne, on peut aussi constater une contradiction. Un professionnalisme qui se heurte encore à un amateurisme inconsciemment intégré.

Les clubs sont bien structurés, les footballeurs vivent de leur métier, mais il manque des fondamentaux. Sur le plan tactique notamment, où de nombreuses carences sont à noter.

Le TP Mazembe en 2011 par mustapha_ennaimi - Wikipédia CC BY 2.0
Le TP Mazembe en 2011 par mustapha_ennaimi - Wikipédia CC BY 2.0

Un amateurisme persistant

Oui il y a eu des buts spectaculaires, des frappes notamment, mais il y a eu beaucoup trop de ratés. Dans la plupart des pays au sud du Sahara, on voit que les tirs et les phases arrêtées sont plus improvisés que travaillés.

Il y a certainement très peu ou pas de spécialistes attitrés dans ces domaines. Des joueurs qui frappent une centaine de coups-francs après les entraînements pour en marquer un ou deux ou pas pendant les matches.

Photo par AMISOM - Iwaria
Photo par AMISOM - Iwaria

Des acharnés du boulot qui font des heures supplémentaires pour améliorer leurs frappes hors de la surface, manquent probablement cruellement. Le staff technique déplore possiblement une absence d’entraîneurs de coups de pieds arrêtés voire d’attaquants, vue le manque de réalisme des avant-centres. On mise beaucoup trop sur le talent naturel et très peu sur le travail qui l’entretient. 

Tout un panel qui justifie ce retard. C’est évident que Morlaye Sylla et autres Richard Nane sont très talentueux. Sauf que le talent ne veut rien dire lorsqu’il n’est pas bien entretenu.  Il faut que l’Afrique Subsaharienne comprenne que sans une bonne organisation, son football n’ira nulle part. Tout se prépare.

Le Maroc au Mondial 2018 (El Kaabi, capitaine des A
Le Maroc au Mondial 2018 (El Kaabi, capitaine des A', 4e joueur de la gauche vers la droite) par Kirill Venediktov (soccer.ru) - Wikipédia CC BY-SA 3.0

Un football indépendant

Le Maroc n’a qu’une seule Coupe d’Afrique des Nations, c’est vrai. Mais aujourd’hui son équipe nationale est capable de présenter deux équipes A de haut niveau. Une capacité qui leur donne la possibilité de se passer de leurs binationaux comme de ceux d'entre eux qui évoluent en Europe.

Un luxe que ne peuvent toujours pas se payer les autres sélections africaines, contraintes de se plier aux caprices de leurs Afropéens. En outre le Maroc a gagné le CHAN parce qu’il a aligné un collectif du niveau de la CAN, face à des sélections pas assez professionnelles.

Cameroun
Football
Sport
Chan2021