La France a-t-elle le droit de se moquer des religions ?

By Ecclésiaste DEUDJUI
3 Minutes
Le président français Emmanuel Macron. Photo: lexpress.fr /Image reprise sous autorisation
Le président français Emmanuel Macron. Photo: lexpress.fr /Image reprise sous autorisation

 

Vous avez sans doute entendu parler de la décapitation récente d’un enseignant d’histoire en France. Il s’appelait Samuel Paty, et cela a eu lieu le 16 octobre. Vous avez eu vent de la dernière attaque à l’arme blanche qui a fait trois morts dans la ville de Nice, toujours en France. Vous vous souvenez certainement des frères Kouachi qui ont perpétré un attentat extrêmement sanglant dans les locaux de Charlie Hebdo, le 7 janvier 2015. Et puis je vous passe la fusillade du Bataclan ou encore le carnage qui a fait 86 morts sur la place de la Promenade des Anglais, encore dans la ville de Nice.

 

Tout ceci pour dire quoi ? Que, la France qui se prévaut comme étant le pays des libertés, s’est mise à dos toute une communauté, toute une région de la planète et voire carrément toute une religion !

 

Personnellement je suis pour la liberté d’opinion. On peut penser ce qu’on veut, du moment que cela reste dans notre conscience. Mais pour la liberté d’expression, ça dépend. Ce n’est pas parce qu’on a le droit de s’exprimer qu’on doit forcément donner n’importe quelle opinion. Je ne justifie rien, je temporise.

 

La France et les Français ne cessent de célébrer les caricatures des personnages saints de certaines religions populaires, et elle s’en défend bec et ongles. Elle est certainement très fière d’avoir une République où on peut ridiculiser le chef de l’Etat en mondovision, et appelle cela les libertés individuelles qui seraient, soi-disant, sacrées...

 

D’accord ! Mais les religions ce sont des sujets sensibles. Il s’agit là de la foi des gens, et probablement même du sens de leur vie. Je trouve déplacé de multiplier les railleries sur des personnages sacrés auxquels des millions d’individus –voire des milliards– ont décidé de consacrer leur spiritualité.

Résultat : la France est victime des attentats à répétition, elle est contestée dans le Moyen-Orient et ses produits commerciaux font l’objet d’un boycott généralisé qui n’est pas propice à la valorisation du Made in France.

En gros, Macron se tire lui-même des balles dans le pied.

Est-il nécessaire de renchérir face à l’écœurement de religieux qui vous demandent simplement de respecter leurs traditions ? Ou du moins, de ne pas en parler ? Est-on obliger d’insinuer des connotations sexuelles envers une religion qui se veut essentiellement prude et puritaine ? Y a-t-il besoin d’en arriver à dessiner le président Erdogan en petite tenue, et de le représenter jouant aux boules avec les fesses nues d’une pieuse fidèle ?

Je trouve que c’est trop !

 

Ce que la France fait, ça s’appelle de la provocation. Cette façon de tourner en dérision toute une idéologie, qu’elle soit philosophique ou religieuse, c’est un manque de respect insultant envers tous ceux qui y ont adhéré. Et c’est cette légèreté déguisée en liberté d’expression qui cause tant de clivage dans la société française, tant de racisme, et probablement tant d’ostracisme et d’islamophobie aussi. Il faut apprendre à renoncer à certains droits et libertés lorsqu’ils peuvent nous provoquer l’inimitié, et surtout lorsqu’ils peuvent susciter un terrorisme de représailles comme c’est malheureusement le cas ces derniers temps...

 

Ecclésiaste Deudjui

(+237) 696.469.637

doualatour@yahoo.fr

Religion
France
Recep Tayip Erdogan
Emmanuel Macron
Liberté D’expression