Joël Embiid : « Ce n’est que partie remise... »

Sur la bonne voie...

By TIFOS
2 Minutes
Joël Embiid par Keith Allison - Wikimédia Commons CC BY-SA 2.0
Joël Embiid par Keith Allison - Wikimédia Commons CC BY-SA 2.0

Le sport est souvent cruel. Difficile à avaler surtout quand on a du talent comme Joël Hans Embiid. Pour la troisième fois, le camerounais sort prématurément des Play-Offs. Son équipe s’est même carrément faite « sweeper » par celle qui a sorti son compatriote Siakam : les Celtics de Boston. Un 4-0 qui passe mal dans les ambitions du Process

Joël Embiid par Keith Allison - Wikimédia Commons CC BY-SA 2.0
Joël Embiid par Keith Allison - Wikimédia Commons CC BY-SA 2.0

Stand-by...

À l’instar de Spicy P, Joël Embiid s’est fait repérer dans le Camp de Luc Mbah A Moute. L’ancien joueur des Houston Rockets a encore flairé le bon coup. Jojo est une véritable pépite. Du haut de ses 2m13, il fait briller de mille feux tous les effectifs qu’il complète.

À commencer par les Jayhawks du Kansas. Au centre des États-Unis, le pivot qui shoote à 3 points ne passera pas inaperçu. Une seule saison en NCAA, 2013/14, lui suffira pour attirer les regards de la NBA. Annoncé à la première position de la draft, c’est finalement à la 3e qu’il rejoindra les Sixers de Philadelphie. La faute en l’occurrence à de nombreuses blessures.

Wells Fargo Center par PHL Approach - Wikimédia Commons CC BY-SA 3.0<br>
Wells Fargo Center par PHL Approach - Wikimédia Commons CC BY-SA 3.0

Indomptable

Des maux qui ont bien failli gâcher sa carrière. L’empêcher de devenir le Franchise Player de l’équipe du nord-est des USA. Indisponible lors de ses deux premières saisons, le Lion reviendra en 2016 plus fort que jamais. Débute alors une aventure à plus de 20 points en moyenne par saison, un salaire d’environ 25 Millions de Dollars par an et du Trash Talking à n’en plus finir.

Allen Iverson par Biljana Jovanovic de Pixabay CC0<br>
Allen Iverson par Biljana Jovanovic de Pixabay CC0

Des paroles et des actes

Ce n’est pas pour rien qu’il est si admiré par le public du Wells Fargo Center. Embiid n’est pas célèbre que pour son jeu : sa personnalité aussi fait beaucoup parler. Le natif de Yaoundé sait faire le show et n’a pas sa langue dans la poche.

Ses tweets comme ses interviews sont des modèles de bravades. Des piques qui finissent souvent en queue de poisson à l’image de cette bagarre qui l’a opposé à Karl-Anthony Towns face à Minnesota. « Belle victoire d’équipe ! J’ai été élevé parmi les lions et un chat s’est jeté sur moi lmao. Sa mère m’a fait un doigt d’honneur… C’est SÉRIEUX.» dira-t-il notamment à celui qu’on surnomme KAT…

Joël Embiid (et Ben Simmons) par Keith Allison - Wikimédia Commons CC BY-SA 2.0
Joël Embiid (et Ben Simmons) par Keith Allison - Wikimédia Commons CC BY-SA 2.0

En attendant la victoire...

Une vraie repartie qui fait de ce génie une cible évidente. Tout le monde veut sa peau entre deux paniers, mais que c’est difficile. JE21 assume ses paroles, la Balle Orange en main. Le 76er de 26 ans provoque, joue et ne cesse d’exceller. Une élévation en berne qui devrait certainement se terminer avec un titre de champion. Tout le mal qu’on souhaite au triple All Star…

Cameroun
Afrique
Basketball